Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU
Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU
Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU

Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU

1Ellenberger, dans un article de 1973, « La notion de kaïros en psychothérapie », analyse le cas princeps décrit par Kielholz, un psychanalyste suisse : comment un malade, vraisemblablement mélancolique et suicidaire, recouvre la guérison lors d’une unique rencontre avec lui. Le patient a suivi son conseil de se remettre au travail pour gagner son autonomie et sa confiance. Ceci va à l’encontre de la démarche analytique qui exige du temps et une attitude non directive de la part du thérapeute. Se dégage peut-être de ce cas une configuration propice du « moment opportun », écrit Ellenberger : du côté du patient, la perte de tout espoir de guérison par ses propres moyens et la rencontre avec un thérapeute qui comprenait la situation et décidait que le moment était venu pour intervenir. Autrement dit, « qu’il y a des moments dans l’existence humaine où le temps acquiert une valeur qualitative nouvelle, et qu’en tenant compte de ces moments critiques un thérapeute habile peut quelquefois obtenir une cure rapide dans des cas considérés comme graves, sinon désespérés » (Ellenberger, 1995).

2Lorsque l’on cherche à soulager l’âme en peine, choisir le « bon moment » pour agir revient à déterminer le mode opératoire à engager. Faut-il « faire feu de tout bois » intensivement comme dans les interventions de crise ? Mais tout résolvant que soit le travail de crise, il bute quelquefois sur un sentiment d’inachevé. Ou faut-il plutôt cultiver une « disponibilité non intentionnelle » (Roustang, 2002), sur un mode de fond, pour faire advenir le salut ? Mais l’attente dès lors ne risque-t-elle pas de rendre chronique la souffrance ? Nous prenons le parti d’examiner depuis un dehors – la Chine, en suivant François Jullien – pour débusquer ce qui a été laissé de côté par la raison européenne lorsqu’elle conçoit la structure de l’occasion – le kaïros. Nous montrerons en quoi ce détour par l’Extrême-Orient, en concevant un rapport saisonnier de l’individu au temps, participe au fonctionnement du « non spécifique qui soigne » décrit par Roustang.

3Il s’agit ainsi de serrer au plus près la valeur de ce temps critique et de dégager la manière pour rendre ce moment fécond.

Comme Jupes Midi ImpriméesJupe Des Matchesfashion Vichy Garçons En Coton À Motif Femme NPX8n0Okw

4Notre démarche part d’un constat : les emprunts à la pensée chinoise par l’Occident pour renouveler sa pratique clinique dans son rapport au temps ; que ce soit « occasion de changement face à un danger » pour les urgentistes de crise (De Clercq, 1997 ; De Coulon, 1999), « disposition » dans l’hypnose (Billeter, 2004 ; Roustang, 1994) ou encore « hasard qui fait sens » (Cazenave, 2008).

5La Chine de François Jullien est un ailleurs, un lieu autre ou hétérotopie (Foucault, 1966) qui offre un cadre à penser depuis un dehors de ce qui est enfoui dans la pensée européenne, c’est-à-dire son impensé. Il ne s’agit pas de faire du comparatisme puisque la Chine ne partage pas avec l’Europe un cadre commun. En effet, elle s’est développée dans une indifférence vis-à-vis de l’Occident. Extériorité historique (les missionnaires ne sont arrivés que dans la deuxième moitié du XVIe siècle) et extériorité linguistique (sans racine indo-européenne) font qu’« au départ elles (l’Europe et la Chine) ne se regardent pas, et même ne se parlent pas » (Jullien, 2007). Autrement dit, comment penser sans faire appel aux mêmes ressources sémantiques, syntaxiques ou étymologiques ou sans se référer à la même filiation de l’histoire des idées ou aux mythes ?

6Ce détour par l’Extrême-Orient nous révèle qu’il existe d’autres modes possibles de cohérence ou d’intelligibilité. Dès lors de cet aller, son retour va interroger ce qu’il y a d’impliqué ou de délaissé par les partis pris de la raison européenne. « Il y a ce que je pense, mais aussi ce à partir de quoi je pense et que, par là même, je ne pense pas » (Jullien, 2005). Ce Par Bronx 01 Sarenza Bronx Sarenza Bcerylx Bronx Par 01 Bcerylx CBhdtsQrxdé-calage Chine-Europe nous offre d’autres représentations pour sortir de nos habitudes de pensée et lui rend toute sa fluidité (en enlevant littéralement la cale contre quoi elle bute).

7Tant que l’on se tait, on sait ce qu’est le temps. A peine énoncé, le temps s’emmêle dans des plis et des plans qui découpent sa compréhension. En effet, derrière le début ou la fin d’un propos, se dessine une représentation physique du temps. Le temps physique est mouvement, nous enseigne Aristote. L’espace parcouru par un mobile d’un temps t1 vers un temps t2 matérialise l’invisibilité du temps en une ligne : la flèche du temps qui construit le temps linéaire. Mais la Chine ne pense pas des corps en mouvement, mais des facteurs en corrélation se constituant en pôles. Le Yin se condense, le Yang se répand, l’un monte, l’autre descend, à l’image du cours des astres solaire ou lunaire. Pensant le cours ininterrompu de ces phases, la Chine était conduite à penser, non le « temps », mais des processus. Leur alternance est régulée par un principe de constance, ce qui ne varie pas dans la variation, ce qui ne s’interrompt jamais, ce qui est sans fin... et sans début (Jullien, 2001). Se constitue ainsi la figure de l’Immanence en Chine. Tandis qu’en Europe, lorsque nous parlons nous con-jugeons, nous lions du temps – passé, présent, futur – à la parole. Du coup, le locuteur s’inscrit comme un être temporel face à l’Eternel de la métaphysique. Ce dernier se situe hors du temps : il le transcende en étant immuable. En chinois classique, il manque le verbe « être », remplacé par la fonction copule d’« il y a ». Et il n’y a pas non plus de grammaire des temps. Sa langue s’exprime en infinitif et utilise des marqueurs temporels. En ne conjuguant pas, son verbal se défait du temporel et n’envisage aucun « Au-delà » du temps !

8François Jullien nous propose une lecture idéographique du temps (Jullien, 2001). L’idéogramme SHI signifie le moment et l’occasion (Fig. 1). Il associe le soleil à la végétation. Il insiste sur la symbiose entre la vie agricole et la mentalité de la Chine ancienne. « Le soleil fait éclore les germes de vie contenus dans la terre ». Dès lors, se conformer au moment assure la prospérité sans effort particulier. L’adaptation à la saison ritualise chaque événement du quotidien. De là l’occasion comme moment circonstanciel pour agir, porté favorablement par une propension naturelle. Autrement dit, occasion répond à situation pour rendre compte du moment opportun. Etre de saison pour être opportun, ou son contraire, hors saison, hors de propos. La saison affecte et l’homme réagit à l’unisson : être de saison, c’est être en phase. La succession des saisons rythme la vie et révèle par leur changement le fonds de l’immanence. Chaud et froid renouvellent les saisons. Alterner assure la continuité : l’une « innove », l’autre « hérite ». Tout comme l’automne ramenant de la fraîcheur à l’été ou le printemps réchauffant l’hiver. Dans la Chine antique, le temps qui passe se confond avec le temps qu’il fait. Le temps des saisons est à la fois transition et régulation. Ce temps chinois dissout silencieusement l’événement (e-venit, « qui surgit »), si essentiel à la fondation de la culture en Occident (par exemple la Genèse, l’Apocalypse ou la naissance du Christ). Pour ce faire, la Chine s’est concentrée sur la notion de l’amorce YI, qui montre l’image d’un brin de soie s’enroulant (Fig. 2). Il représente la ténuité, l’imperceptibilité du mouvement, le signe avant-coureur du bonheur ou du malheur, le stade où le non-être se cristallise en être (Levi, 1990). C’est ce moment décisif que scrute le sage ou le stratège, « l’imprévisibilité se mêle opportunément à ce qui est encore l’indéfinition de la tendance et de nouveaux germes de possible apparaissent », précise Jullien.

Figure 1
Figure 2
Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU

9A l’efficacité de l’action grecque, François Jullien propose l’efficience du moment chinois (Jullien, 1996) (Fig. 3).

Figure 3

10Chez les Grecs, l’occasion est une rencontre – une coïncidence, entre l’action et le temps linéaire. C’est un moment favorable qui est offert par le hasard, qu’il faut exploiter par une bonne maîtrise technique, car l’instant devient soudain une chance, une opportunité unique. Entre le pas encore et le déjà plus, il faut le saisir pour réussir. En médecine, c’est un moment « décisif » pour faire basculer la crise (en grec krisis/décider) du côté de sa résolution. Le kaïros incite ainsi à engager une action risquée, certes mûrement réfléchie mais par conjecture et à chaud, dont tout délai devient suicidaire. L’occasion crée l’événement par le surpassement de son action : elle façonne la figure du héros.

Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU

11Alors qu’en Chine, l’occasion est le résultat d’une action patiemment conditionnée pour accumuler un maximum de potentiel. C’est l’image de l’aigle tournoyant dans le ciel, puis qui, fondant d’un seul coup sur sa proie, lui rompt les os. C’est encore l’image de la fissuration devenant fente, faille puis crevasse. On attend seulement que le déroulement du processus engagé nous ait conduit au plus près du résultat escompté de manière économe et grâce à la seule propension des choses. La détection de l’amorce initiale est « décisive » parce qu’elle engage les possibilités à actualiser. A l’autre bout, le « déclenchement » final de l’occasion n’est que conclusif car son cours fut accompagné à tous les stades depuis son infléchissement initial. L’occasion dissout l’avènement de son effet par sa discrétion : elle consacre la figure du sage.

12En aval d’une action qui recherche à tout prix l’efficacité, son intentionnalité même va figer le champ des possibles du déploiement de l’effet. Les mesures étant « prises » vont offrir « prise » à une résistance qui peut, en toute légitimité, contester son choix. L’agir concerté est étriqué par son but à atteindre, ses moyens à appliquer, son effort à impliquer et son caractère aléatoire. Tandis qu’en amont d’une action libre de toute visée, se laisse envisager le fond des possibles. C’est à partir de ce non-encore-actualisé et en y faisant retour, que la Chine « agit sans agir ». Il y a bien action mais tellement en amont qu’elle se con-fond avec le cours du réel. Elle ne fait pas saillie ; elle est invisible. Son agir est fluide car il est l’effet en cours ; il rend effectif l’effet. Il est l’efficience qui transforme en se laissant porter par le cours du monde.

13Par définition, il y a crise lorsqu’il y a rupture d’équilibre dans un système. En effet, on dit prosaïquement que l’individu « décompense » car ses mécanismes d’ego-défense (les aménagements de l’angoisse) s’effondrent. Se rejoue dans l’actuel une incapacité autrefois vécue par le sujet à répondre, différer ou anticiper une relation qui lui soit satisfaisante. Il y a remise à jour, dans toute crise, de la crise qui n’a jamais eu lieu (Andreoli et al., 1998 ; Zucker, 2001) car justement non dépassée mais aménagée par les ego-défenses. Les interventions de crise trouvent justement là une occasion précieuse pour changer les (mauvaises) habitudes de réponse qui conduisent l’individu à répéter les crises. La qualité de la rencontre est déterminante car le vécu transférentiel est intense de part et d’autre. Chez l’individu qui souffre, il y a « dégel du faux-self » (le masque tombe) que le soignant doit être disposé à accueillir et à conduire vers un self plus authentique. Les équipes de crise ont rigoureusement codifié les moyens et fins pour planifier leurs interventions, par définition brèves ; en particulier la fin comme un moyen pour retravailler l’appel à l’aide initial vers une demande de changement et non juste « compenser » (calmer) les symptômes (De Coulon, 1999). Mais on butte là sur la tache aveugle de ce procédé quand une séparation ne peut se concevoir à cause d’un attachement transférentiel intense, surtout dans les cas graves, alors que le traitement a programmé son terme. Les auteurs se montrent peu diserts sur la capacité de régulation que peuvent offrir les mêmes soignants en se prêtant tout le temps nécessaire comme des objets fiables et repérables, à partir desquels le sujet peut se concevoir de manière plus stable dans sa relation au monde. C’est en restant constant, de crise en crise (au moins trois-quarts des patients ont des antécédents psychiatriques, Bartolomei et al., 2011), que les soignants peuvent mieux détecter les indices avant-coureurs de la perturbation qui s’annonce et la désamorcer précocement. La pensée chinoise a déplacé la pensée de l’occasion en amont et la déploie en deux temps. A la fin, pour recueillir le fruit de son effet mais dont la maturation a été conditionnée dès le repérage initial de l’amorce (Jullien, 2005). Il y a là, à notre avis, un véritable travail de veille (en anglais watchman/scruter le temps) en prise avec le flux continu du temps qui a été laissé de côté dans le modèle de crise en Europe. Celui-ci se dénature d’ailleurs de plus en plus, sous la pression de l’urgence, en service de triage et délègue sa véritable action aux équipes de post-crise. Ce modèle génère une solution de continuité qui alimente en retour l’afflux vers les services d’urgence (Lê Quang, 2008).

14La notion de rencontre est au cœur du kaïros. Elle engage le soignant dans un moment de présence hautement authentique. Il faut se laisser toucher, mais sans être submergé par la détresse. Ce moment est comme un creusement, un retournement sur soi : in-tensif vs l’ex-tensif du temps (Jullien, 2001). Autrement dit, il est la condition même de la disponibilité. Seule une disposition libre, sans idée fixée ni position arrêtée, est connaissance car capable d’accueillir : « Le connaître chinois est non pas tant de se faire une idée de, que de se rendre disponible à » (Jullien, 1998). Autrement dit, pour com-prendre, il faut se dé- Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMUprendre de tout point de vue individué, ni ceci ou cela, s’effacer, plus de sujet ou d’objet, pour laisser se déployer la catégorie unique du procès du vivant. A l’image de son disciple Govinda lui sollicitant une parole apaisante, le Bouddha s’exprime par un sourire qui s’ouvre sur une vision pleine de l’existence (Hesse, 1922). Cette posture entend moins les propos qu’elle ne capte la résonance du corps en tant qu’interface de la personne dans son rapport au monde (Roustang, 1994). Elle est l’état de « veille paradoxale » de la transe hypnotique. « Il ne faut rien entendre mais laisser résonner, ne rien voir mais laisser la lumière se réfléchir, ne rien sentir mais laisser se fondre les modalités propres à chaque sens » (Roustang, 1994). Elle entrelace l’individu au monde. Elle suspend pour un temps toute action et intention sur le monde. Non-vouloir, elle accepte une chose et aussi son opposé et donc dissout toute position de vérité. Une telle disposition disponible, sans parti pris et débarrassée de plans et d’intentions, n’a plus le souci de tomber juste ou pas. Ouverte à toute occurrence, elle dissout l’occasion (Jullien, 2001). Autrement dit, « soyez disponible » pour sortir du blocage comme injonction à l’analyste de laisser son attention flottante, tout comme à l’analysant de ne pas se braquer, de laisser libre cours à sa pensée (Cornaz et Marchaisse, 2004). Son corollaire physique est « respirez un bon coup » pour relancer la disponibilité du corps crispé (Jullien, 2001). Souple et détendue, l’ouverture (dis-) au souffle est en phase entre l’aller-venir du moment (respirer ne se diffère ni s’anticipe). Sans obstrué par rien (-bilis/de la possibilité ne se tarissant pas), le sujet « laisse circuler toute l’injonction du monde, ample comme la respiration tout comme sa capacité à se renouveler » (Cornaz et Marchaisse, 2004).

15Le bon moment tient-il du providentiel (prévoyance, hasard et transcendance) ? Dans le cas princeps (Ellenberger, 1973), nous avons un patient désespéré mais qui croit encore (il prie) en une possible guérison, quitte à se faire lobotomiser ! C’est un projet très risqué, mais il n’avait plus rien à perdre puisqu’il avait déjà voulu se tuer et que les séjours à l’hôpital ne l’avaient guère aidé. Et sa rencontre avec un médecin qui, plutôt qu’abonder dans le sens de sa demande héroïque, lui prodiguait des conseils somme tout banaux : quitter ses parents, travailler et garder confiance. Le dénouement favorable montre que le patient avait su saisir l’occasion, et la bonne fortune lui a souri. Ou bien l’opportunité relève-t-elle d’une forme de sagesse ? Etudier, persévérer, travailler et encore travailler, bref grandir, furent les conseils qu’il a reçus tout au long de sa détresse. C’est à ce cours naturel de l’existence (le bon sens) que lui a rappelé le médecin et non à un quelconque nouveau traitement. C’est ce cours du monde que le Yi King décrit dans son dispositif polarisé entre Ciel et Terre (des énergies Yin/Yang) qui organise toute la cohérence du réel en 64 figures et régule leurs mutations (4906 combinaisons) et ceci « sans avoir besoin de s’interroger sur l’être » (Jullien, 1993).

16Nous proposons une interprétation de ce cas par le Yi King (Fig. 4). Face au Déclin/PI (hexagramme 12), le trait Yang en haut réamorce le processus qui s’enlisait devenant SOUEI/Suite (l’hexagramme 17). Ceci est commenté comme suit : « C’est en suivant et épousant le moment et non pas en forçant qu’on sort du déclin… pour pouvoir suivre, il faut une certaine fermeté (yang suit yin) » (Jullien, 2001). Il faut suivre le cours des choses. Cela fait écho à la remarque d’Ellenberger qu’un certain mûrissement est nécessaire pour faire advenir le kaïros. Lao-Tseu le résume en une formule : « Aidez ce qui vient tout seul ». Par ailleurs, à la réticence d’Ellenberger que « la vie humaine tout entière soit un kaïros », Jullien répond : « Même dans les moments les plus néfastes, un renouveau est à l’œuvre puisque tout est transition. Ce qui rend tout moment opportun est qu’il reste une occurrence : qu’il ne cesse de laisser venir et, maintenant la situation en cours, y préserve des chances de renouvellement » (Jullien 2001). Et si a contrario, ça ne passe pas ? Alors il faut attendre que la situation se renouvelle plutôt que de prendre des risques inutiles. Ici se marque un profond clivage : la Chine pense, non depuis le sujet, mais depuis la situation, alors que la pensée occidentale se fonde sur l’axe du sujet. Cela explique peut-être pourquoi, face au désordre, l’Occident porte son attention sur les troubles du sujet (CIM/DSM) tandis que la pensée chinoise s’intéresse avant tout à la configuration qui enlise l’individu (Yi King).

Figure 4

17 Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMUDans sa postface traitant du facteur thérapeutique non spécifique, « ce quelque chose d’insaisissable qui circule entre un thérapeute et un patient », Roustang l’assimile à un facteur humain qui tient à la fois de l’objectif et du subjectif (Roustang, 2002). En effet, nos sens nous permettent d’identifier des objets, mais saisir l’atmosphère, l’ambiance ou le contexte dans lequel ils sont perçus relève plus souvent de l’inconscient, ce qu’il appelle la perceptude. Ainsi, il y a bien un sujet souffrant mais, selon la posture adoptée par le thérapeute, l’individu se révèlera à la fois comme diagnostic à traiter (perception) et comme lien ouvert à tous les possibles (perceptude). C’est là la notion même de « humanité » en chinois, dont l’idéogramme REN représente un homme et le nombre deux : un homme qui ne devient véritablement humain que dans sa relation avec autrui (Cheng, 1997) (Fig. 5). Faire coïncider (cum-cadère/tomber ensemble en latin) perception à perceptude c’est donner au symptôme (sum-ptoma/tomber ensemble en grec) une intelligibilité inédite (Cazenave, 2008). Faire advenir l’effet revient à « brancher l’efficacité sur l’efficience… soit enraciner son agir dans la processivité des choses » (Jullien, 1996). Vu sous l’angle opératoire du kaïros, c’est réussir à coupler l’événement du hasard à l’avènement du sens. L’utilisation opportune de l’éclipse solaire par Tintin dans le Temple du soleil, pour sauver ses amis et lui-même, en est une parfaite illustration. Ce couplage passe par une déconstruction de nos catégories, de plus en plus polluées par un abus de langage, soit « dépasser les oppositions conceptuelles rigides pour retrouver la fluidité du foyer de la pensée » (Lê Quang, 2008). Ce couplage s’inscrit dans une topologie dynamique, « une pensée en exercice » comme dit Roustang, celle du ruban de Moebius qui relie deux axes tournant en sens contraire (Chine/Europe) mais déroulant dans un même continuum dehors et dedans sans fin. Ce couplage est le fonctionnement d’une courroie de transmission croisée (Fig. 6).

Figure 5
Figure 6
Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU
  • [1]
    Version retravaillée d’une conférence présentée lors du Colloque de l’Association Neuchâteloise des Psychologues et Psychologues-Psychothérapeutes sur le thème « Prendre le temps », le 7 mars 2012 à La Chaux-de-Fonds (Suisse).
  • [2]
    Psychiatre-psychothérapeute FMH, Médecin-chef, Centre neuchâtelois de psychiatrie CNP, Neuchâtel, Suisse.
Français

En suivant les thèses du sinologue François Jullien, nous confrontons deux visions du monde sur les interventions de crise. Celle de la Grèce antique qui glorifie le sujet, l’action et la volonté pour affronter le monde suivant un plan qu’elle a pensé et projeté sur la situation : elle bâtit le monde. Et celle de la Chine qui s’efface au point de se fondre dans le cours des choses pour mieux faire advenir leurs effets en anticipant sur le pas encore visible : elle transforme le monde.

  1. Introduction
    1. Ressorts du kaïros
    2. Mise en problème du moment opportun en psychothérapie
    3. But
  2. Méthodologie
    1. Hétérotopie
    2. Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU
    3. Déconstruire depuis un dehors
  3. Matériau
  4. Clergerie Sarenza Katia Par Clergerie Robert Katia Par Robert Sarenza v80wOmNn
    1. Du temps
    2. Etre de saison
  5. Résultats
    1. De l’occasion
    2. De l’efficience
  6. Discussion
    1. Crise et continuité
    2. Disponibilité et rencontre
    3. Hasard et sens
  7. Conclusion
    1. Kaïros et ruban de Moebius
Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU
  • Andreoli A., Lalive J., Garrone G. (1998) : Crise et intervention de crise en psychiatrie. Paris, Simep.
  • Bartolomei J., Sentissi O., Baeriswyl-Cottin R., Rey-Bellet P. (2011) : Centres de Thérapies Brèves (CTB) à Genève : la crise dans les centres de crise ? Schweiz. Arch. Neurol. Psychiatr. 162 (4) : 161-166.
  • Billeter J.-F. (2004) : Etudes sur Tchouang-Tseu. Paris, Allia.
  • Cazenave M. (2008) : Synchronicité, in : Agnel A. (ed.) : Dictionnaire Jung. Paris, Ellipses.
  • Cheng A. (1997) : Histoire de la pensée chinoise. Paris, Seuil.
  • Cornaz L., Marchaisse T. (2004) : L’indifférence à la psychanalyse. Sagesse du lettré chinois, désir du psychanalyste. Rencontres avec François Jullien. Paris, PUF.
  • De Clercq M. (1997) : Urgences psychiatriques et interventions de crise Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU. Bruxelles, De Boeck Université.
  • De Coulon N. (1999) : La crise. Stratégies d’intervention thérapeutique en psychiatrie. Paris, Gaëtan Morin.
  • Ellenberger H. F. (1973) : La notion de kaïros en psychothérapie, in : Médecines de l’âme. Essais d’histoire de la folie et des guérisons psychiques. Paris, Fayard, 1995.
  • Ellenberger H. F. (1995) : Médecines de l’âme. Essais d’histoire de la folie et des guérisons psychiques. Paris, Fayard.
  • Foucault M. (1966) : Les mots et les choses. Paris, Gallimard.
  • Hesse H. (1922) : Siddhartha. Paris, Grasset, 1925.
  • Jullien F. (1993) : Figures de l’immanence. Pour une lecture philosophique du Yi King. Paris, Grasset.
  • Jullien F. (1996) : Traité de l’efficacitéSsense Soutien Calvin Modern Klein gorge dhrtsQC. Paris, Grasset.
  • Jullien F. (1998) : Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie. Paris, Seuil.
  • Jullien F. (2001) : Du « temps ». Eléments d’une philosophie du vivre. Paris, Grasset.
  • En ligneJullien F. (2005) : Conférence sur l’efficacité. Paris, PUF.
  • Jullien F. (2007) : Chemin faisant, connaître la Chine, relancer la philosophie. Paris, Seuil.
  • Lê Quang D. (2008) : Déconstruire la psychiatrie des urgences : un programme et une pratique neuchâteloise. Revue Médicale Suisse, 4 : 307-310.
  • Lévi J. (1990) : Yi, M3194c 10Medium Wasser Amazon 000 4711 Kölnisch Hommegreen Camouflage 71262Polo SzMjUVLpqGin : Encyclopédie Philosophique Universelle. Notions philosophiques. Paris, PUF.
  • Roustang F. (1994) : Qu’est-ce que l’hypnose ? Paris, Les Editions de Minuit, 2003.
  • Roustang F. (2002) : Non Specific Therapeutic Factor, in : Duruz N., Gennart M. (eds) : Traité de psychothérapie comparée. Genève, Médecine et Hygiène.
  • Zucker D. (2001) : Penser la crise. L’émergence du soi dans un service d’urgence psychiatrique. Bruxelles, De Boeck Université.
Duc Lê Quang[2]
Correspondance :
Dr Duc Lê Quang
29 Rue Sophie-Mairet
2300 La Chaux-de-Fonds
(Suisse)
  • [2]
    Psychiatre-psychothérapeute FMH, Médecin-chef, Centre neuchâtelois de psychiatrie CNP, Neuchâtel, Suisse.
Cette publication est la plus récente de l'auteur sur Cairn.info. Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU
Short Canterbury Redoute Sport De L’équipe La OXuPkZiT
Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU
Shoes Boots Boots Vagabond Vagabond Ebba Ebba 54j3ARL
Mis en ligne sur Cairn.info le 06/12/2013
https://doi.org/10.3917/psys.134.0245
Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU
Épais À Schutz Talon Bottines Farfetch shQdtrC
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Médecine & Hygiène © Médecine & Hygiène. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement en cours.
Veuillez patienter...
Femme Normal Brassière Maintien Nike À Pour SzVGpqMU